Marché du médicament générique 2014 
Le potentiel d’économies collectives insuffisamment exploité, par une utilisation trop réduite des médicaments génériques :
Une réaction rapide s’impose !

  • Baisse du marché de 4% en valeur et quasi-stagnation en volume en 2014;
  • Seuls les nouveaux lancements soutiennent la très légère progression du marché ;
  • Seulement 32% du marché pharmaceutique remboursable en volume et 18% en valeur.

Le GEMME constate avec inquiétude que la décroissance du marché du générique observée depuis plusieurs mois se confirme : en 2014, si l’on considère les produits déjà présents en 2013, le marché a perdu 8,1% en valeur et 2% en volume1.

« Cette évolution illustre clairement le phénomène d’érosion du répertoire dû à une structure de prescription toujours encline à délaisser les spécialités ayant perdu leur brevet, malgré leur efficacité prouvée.» regrette Pascal BRIERE, Président du GEMME.
Elle marque l’absolue nécessité, pour la réalisation des économies collectives pour notre système, de revoir les systèmes actuels d’incitation à la prescription des molécules anciennes et référentes dans le cadre des référentiels approuvés.

En 2014, le marché du médicament générique ne représente que 32% du marché pharmaceutique remboursable en volume et 18% en valeur, alors même que le dernier panorama de santé de l’OCDE indique que les génériques représentent environ trois quarts du volume du marché des médicaments remboursés en Allemagne, au Royaume-Uni et au Danemark2.

En 2014, seuls les nouveaux lancements soutiennent la progression du marché : une tendance inquiétante

Seuls les lancements de nouveaux médicaments génériques permettent au marché de conserver une dynamique haussière en matière de volumes pour l’année 2014. Ces nouveaux produits ont permis de générer une très légère hausse des volumes vendus (2%), assortie néanmoins d’une baisse du marché de 4% en valeur.
Cette perte de valeur, liée aux baisses de prix massives appliquées en 2014 (environ 220 M d’€), pourrait obérer la capacité des industriels du médicament générique à jouer pleinement leur rôle d’acteurs économiques en matière de production industrielle et d’emploi. La poursuite d’une politique de baisse de prix aveugle fait peser un risque sur la continuité d’approvisionnent du marché si les industriels n’ont d’autres issues que les délocalisations.

Une évolution qui doit être enrayée par une action politique de grande ampleur dès les premiers mois de 2015

Malgré les appels répétés du GEMME et les annonces au plus haut niveau de l’Etat, aucune mesure n’a encore été prise pour mobiliser sur cette question l’ensemble des acteurs concernés, institutionnels, professionnels de santé (notamment les prescripteurs) et patients, alors même que le retard de la France sur l’utilisation des médicaments génériques est confirmé par de nombreuses institutions (OCDE, IGAS, cour des comptes, …).
« En l’absence d’action volontariste et si cette tendance se confirme, les économies issues de l’utilisation du médicament générique vont se restreindre. Cela se fera au détriment de la prise en charge des nouvelles spécialités ou du niveau de couverture des soins par l’Assurance Maladie » précise Pascal BRIERE. Il rappelle en effet qu’ « en 2014, l’utilisation des médicaments génériques a permis d’économiser 2 Md d’€ ; si le médicament générique était utilisé dans les mêmes proportions qu’en Allemagne et au Royaume-Uni, ces économies pourraient être doublées. On ne peut plus faire l’économie d’une politique volontariste ! ».

Contact :
Tél : 01 70 91 55 86
a.soufer@gemme-asso.org


1 A périmètre constant, c’est-à-dire en considérant le même portefeuille de médicaments, sans tenir compte des lancements de l’année.

2 Panorama de la santé 2013 : Les indicateurs de l’OCDE – OCDE 2013

A propos du GEMME

L’association réunit 21 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Arrow, Athena, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Médipha Santé, Mundipharma, Panpharma, Substipharm, Sunpharma, Teva, Venipharm, Viatris, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso