Dans le contexte actuel de pénuries de médicaments, le GEMME appelle les pouvoirs publics

à préserver l’attractivité des médicaments anciens et est prêt à contribuer largement à la recherche de solutions

 

Le Premier ministre, Edouard PHILIPPE, accompagné de la ministre de la Santé, Mme Agnès BUZYN, a reçu jeudi dernier une délégation d'entreprises du secteur du médicament afin « d'engager rapidement des actions » pour « faire face » à la pénurie de médicaments.

A cette occasion, Jean-Louis ANSPACH, Vice-Président du GEMME (Générique Même Médicament) a souligné toute l’importance des médicaments génériques pour limiter/prévenir les ruptures : « Ce marché « multi-sources » porté par une multiplicité de laboratoires permet de proposer des alternatives, de diversifier l’offre et in fine de limiter l’impact des ruptures pour les patients ; il faut absolument préserver cette offre et être vigilant à toute mesure venant la fragiliser ».

En effet, les causes économiques des ruptures sont particulièrement aigües pour les médicaments génériques du fait d’un environnement extrêmement contraint et fragilisé par des baisses de prix ininterrompues. Celles-ci ont conduit à diminuer le nombre de producteurs capables de fournir les principes actifs en qualité et en quantité. Dans le même temps les industriels ont dû absorber des augmentations importantes de coûts de production. Ainsi, la mise en place de la sérialisation imposée par une directive européenne, en ralentissant les outils de production, est un facteur aggravant des ruptures actuelles.

Le GEMME alerte les pouvoirs publics sur l’impact de cette « politique du rabot » et demande pour 2020 une « année blanche » pour les baisses de prix des médicaments génériques.

Le GEMME s’inquiète de l’annonce de pénalités par le Premier ministre ce jeudi et rappelle qu’une politique de sanctions sera contreproductive en accroissant les risques supportés par les entreprises et en réduisant les possibilités de maintenir les médicaments sur le marché.

Soucieux de permettre un accès pérenne des patients à leur traitement, le GEMME plaide pour des actions ciblant les causes des ruptures et souhaite contribuer, avec l’ensemble des parties prenantes, à la recherche de solutions pérennes.

A propos du GEMME

L’association réunit 26 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Accord Healthcare, Arrow, Athena, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Fresenius Kabi, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Médipha Santé, Médis, Mundipharma, Mylan, Panpharma, Ranbaxy, Sandoz, Synerlab, Substipharm, Teva, Venipharm, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso