Version téléchargeable: 

COMMUNIQUE DE PRESSE - 13 mai 2022

Dans un contexte inflationniste inédit, le GEMME n’a pas siégé à la dernière réunion du Comité de Suivi des Génériques

Alors que pour 2022 les industriels du générique ont déjà enregistré des baisses de prix représentant près de 80 M € et qu’ils font face au spectre d’une clause de sauvegarde record, le GEMME alerte sur les grandes difficultés auxquelles ses membres ont à faire face : hausse des coûts des matières premières (principes actifs, intermédiaire chimique, packaging, …) et de l’énergie. Cette situation est d'autant plus problématique que les tensions internationales en cours laissent présager une accélération ainsi qu'une installation durable de l'environnement inflationniste actuel.

Pris en étau entre ces hausses de coûts sans précédent et la pression économique et financière très importante, les industriels des médicaments matures peinent à assurer la pérennité de leurs engagements en matière de souveraineté sanitaire, malgré leur forte empreinte économique et industrielle sur notre territoire (15 000 emplois, plus de 60 sites industriels). « Alors que le prix moyen d’une boite de médicaments générique est de 3,94 € (pour en moyenne 30 comprimés), absorber ces hausses devient une véritable gageure » s’alarme Stéphane JOLY, Président du GEMME.

Le GEMME a sollicité à de nombreuses reprises les pouvoirs publics pour obtenir leur soutien afin de sécuriser l’approvisionnement de notre pays en médicaments matures essentiels à travers la prise en compte de l’augmentation des coûts de fabrication dans la régulation économique pour 2022. Malgré cela, une réunion du comité de suivi des génériques a été programmée ce jeudi 12 mai avec pour objectif d’entériner de nouvelles baisses de prix de ces médicaments. Pour la première fois, le GEMME qui reste très attaché à la politique conventionnelle et mobilisé pour accompagner les mesures gouvernementales en faveur de l’approvisionnement pérenne des patients français, n’a pas assisté à cette réunion.

« Cette décision a fini par s’imposer car la situation actuelle est telle que les membres du GEMME et leurs façonniers ne peuvent plus faire face à de nouvelles baisses de prix » déclare Stéphane JOLY. Les laboratoires de médicaments génériques se sont toujours mobilisés pour assurer un approvisionnement continu des patients en médicaments essentiels. Depuis 20 ans, ils participent ainsi au développement des économies collectives (près de 3 Md€ par an) tant à travers la mise sur le marché de nouveaux médicaments génériques que par l’intégration de baisses de prix importantes (3,5%/an depuis 10 ans). S’ils restent très investis, ces laboratoires se trouvent désormais dans une situation économique telle que toute baisse de prix sur les médicaments génériques doit être reportée dans l’attente d’un retour à la normale de l’approvisionnement de notre secteur.

A propos du GEMME

L’association réunit 22 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Arrow, Athena, Biogaran, Chemineau, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Médipha Santé, Medis, Panpharma, Substipharm, Sunpharma, Teva, Venipharm, Viatris, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso