DEMANDE ACCRUE EN MEDICAMENTS :

LES MEDICAMENTS GENERIQUES EN PREMIERE LIGNE

 

Le GEMME a pris connaissance du communiqué de presse de l’UFC Que Choisir « Pénuries de médicaments - Devant la responsabilité criante des laboratoires, les pouvoirs publics doivent sortir de leur complaisance », publié le 9 novembre.

Le GEMME souligne que le phénomène des ruptures est connu, il a d’ailleurs fait l’objet d’un rapport remis au Ministre de la Santé le 18 juin dernier[1] et proposant un certain nombre de mesures visant à améliorer l’approvisionnement de la France en médicaments essentiels. Le GEMME a d’ailleurs fait plusieurs propositions dans ce sens (cf. consultez nos propositions ici).

Le GEMME rappelle que tous ses membres sont mobilisés en permanence pour éviter les ruptures d’approvisionnement dont ils savent qu’elles constituent, à juste titre, une forte source d’inquiétude pour les patients, notamment les patients atteints de pathologies chroniques. Limiter les risques de rupture est une préoccupation constante de nos entreprises de santé, que ce soit dans le contexte actuel de crise sanitaire ou non.

Par ailleurs, si le GEMME reconnaît qu’il existe une tension sur certains produits, notre association souhaite revenir sur certains points :

  • Prendre l’année 2020 comme référence est pour le moins inadapté au regard du contexte exceptionnel que nous connaissons depuis plusieurs mois. Sur certains médicaments, la demande a été multipliée par 20[2] alors que la production a été arrêtée sur certains sites, en Asie mais aussi en Europe.
  • Malgré cette explosion de la demande, il n’y a pas eu de rupture constatée et l’industrie a pu continuer à approvisionner aussi bien la ville que l’hôpital grâce à l’engagement sans faille de l’ensemble des collaborateurs des entreprises de santé qui sont à pied d’œuvre chaque jour pour continuer à approvisionner le marché français en médicaments.
  • A cet égard, les médicaments génériques constituent un élément-clé de l’offre de soins dans notre pays grâce à un approvisionnement diversifié et multi-sources qui permet de compenser les tensions constatées sur certains fournisseurs.
  • La crise sanitaire que nous traversons met en lumière le besoin impérieux de préserver cette offre de médicaments sûrs et efficaces, parmi lesquels figurent de très nombreux médicaments matures dits d’Intérêt Thérapeutique Majeur (MITM).

Pour toutes ces raisons, à l’instar de l’Académie de Pharmacie le 5 octobre dernier[3], le GEMME appelle encore une fois les autorités à faire diminuer la pression économique qui pèse sur les laboratoires de médicaments génériques pour leur permettre de continuer à fournir aux patients et aux professionnels de santé les médicaments dont ils ont besoin au quotidien.

 

[1] Rapport Biot « Mission stratégique visant à réduire les pénuries de médicaments essentiels »

[2] Source Ministère de la Santé

A propos du GEMME

L’association réunit 21 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Arrow, Athena, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Médipha Santé, Mundipharma, Panpharma, Substipharm, Sunpharma, Teva, Venipharm, Viatris, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso