Le marché des médicaments génériques entre en récession : une perte de chance pour notre système de santé !

 

Les chiffres du marché du médicament générique pour 2017 sont alarmants : en 2017, le marché du médicament générique est entré en récession. Sans les échéances de brevets de cette année, le marché est en recul de 2,4% en volume et de 3,9% en valeur. Les seuls moteurs du marché sont l’arrivée de nouveaux médicaments génériques et la progression de la substitution officinale (80 ,7% en 2017 versus 79,7% en 2016) qui permettent d’amortir le choc et de tout juste stabiliser le marché à +0,3% en volume et +0,2% en valeur.

Erick ROCHE, Président du GEMME, rappelle que « cette tendance est d’autant plus inquiétante et paradoxale que la France reste très en retard par rapport à ses voisins européens en termes d’utilisation des médicaments génériques : en France le médicament générique ne représente toujours que 36% des volumes du marché pharmaceutique remboursable versus + de 50% en moyenne dans l’OCDE et même jusqu’à 80% en Allemagne».

Désormais ces données objectives ne peuvent plus être ignorées et doivent être sérieusement examinées à la lumière des déclarations d’Agnès BUZYN, Ministre de la Santé et des Solidarités, faites à l’occasion de la présentation du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale pour 2018 : « Les actions sur les prix des médicaments, à travers la promotion des médicaments génériques et biosimilaires ainsi que des négociations avec les industriels, doivent permettre d'économiser un milliard d'euros supplémentaires ».

Le GEMME, Association réunissant une vingtaine d’industriels du médicament générique et biosimilaire, confirme que les négociations précitées ont bien eu lieu et ont abouti … à des baisses de prix record : plus de 160 millions d’euros pour 2018 qui s’ajoutent aux 800 millions d’euros enregistrés sur les 5 dernières années.

Si donc les industriels ont joué le jeu des négociations, le gouvernement doit maintenant tenir sa part des engagements et passer des paroles aux actes.

Les industriels en appellent donc à la Ministre de la Santé pour lui demander de concrètement et urgemment « promouvoir les médicaments génériques » afin d’atteindre les objectifs inscrits dans le cadre de la Stratégie Nationale de Santé.

Sans nouvelles mesures rapidement mises en place à travers des incitations spécifiques permettant d’assurer l’adhésion de tous les acteurs, y compris les patients, au développement des médicaments génériques, le GEMME estime que le Gouvernement sera responsable d’une perte de chance pour notre système de santé en privant ce dernier des économies liées à une utilisation efficiente de ces médicaments.

A propos du GEMME

L’association réunit 23 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Accord Healthcare, Arrow, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Fresenius Kabi, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Mylan, Médipha Santé, Médis, Ranbaxy, Sandoz, Synerlab, Substipharm, Teva, Venipharm, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso