Marché du médicament générique 2015 
La croissance trop limitée du marché ne permet pas d’obtenir tout le potentiel d’économie du médicament générique : 
Pour 2016, le GEMME demande la mise en oeuvre concrète du plan générique !

  • 1 médicament remboursé sur 3 délivré en officine est un médicament générique
  • L’évolution positive du marché en nombre de boîtes délivrées aux patients (+ 5,1%) résulte majoritairement du lancement de nouvelles spécialités
  • En valeur, le marché du médicament générique n’évolue presque pas et la pression sur le prix des médicaments génériques pourrait restreindre l’offre
  • Chaque année, le médicament générique permet une économie de 2,2 milliards d’€ pour le système de santé : ces économies pourraient être pratiquement doublées en développant la prescription au sein du répertoire
  • Annoncé en mars 2015, le plan de promotion des médicaments génériques doit être mis en oeuvre très rapidement en 2016.

Malgré des résultats à priori positifs (+5,1% en volume et +1,3% en valeur), le GEMME déplore une quasi-stagnation du marché du médicament générique en 2015 : en effet, si l’on considère seulement les produits qui étaient déjà commercialisés en 2014, le marché a perdu 1,4% en valeur et progressé de seulement 1,4% en volume.

« Cette évolution illustre clairement l’absence ces dernières années d’une politique volontariste, concertée et rassembleuse pour développer le marché du générique » regrette Erick ROCHE, Président du GEMME. « Nous sommes très en retard par rapport à nos voisins1 ; c’est une réelle perte de chance à la fois pour le système de santé français mais aussi pour l’économie dans son ensemble ».

Les nouveaux lancements restent le principal moteur du marché

En 2015, le marché du médicament générique représente 33% du marché pharmaceutique remboursable en volume et 19% en valeur : une part qui ne permet pas d’obtenir tout le potentiel du médicament générique.

Cette année encore, les lancements de nouveaux médicaments génériques restent le principal moteur du marché et permettent une progression dynamique en volume : ces nouveaux produits ont à eux seuls permis de générer une hausse des volumes vendus de 3,7% et de préserver un minimum de croissance à l’économie du générique. L’implication continue des pharmaciens d’officine se traduit par la progression de 1,1 point du taux de substitution qui s’établit à 77,6% pour 2015.

A périmètre constant, la faible progression du marché (+1,4%) s’accompagne par ailleurs d’une baisse du marché en valeur (-1,4%) en raison de la pression très forte sur le prix des médicaments génériques. Le GEMME rappelle que cette pression répétée année après année sur les prix freine la capacité de développement des industriels du médicament générique en tant qu’acteurs économiques et industriels à part entière. Cette situation pourrait conduire in fine à une restriction de l’offre.

La progression globale du marché est trop timide et ne permet pas à la France de rattraper son retard sur l’utilisation des médicaments génériques. Il en résulte une nouvelle perte annuelle de 1,5 milliards d’euros pour le système de santé français.

Une évolution qui doit être enrayée par la mise en œuvre du plan Génériques dès les premiers mois de 2016

Le gouvernement a procédé début 2015 à l’analyse du marché du générique. Il en a découlé le constat de la nécessité impérative d’accompagner et de développer l’utilisation du médicament générique en France. Le Plan Génériques annoncé en mars 2015 doit maintenant être mis en oeuvre pour libérer le potentiel d’économies lié à ces médicaments qui ont démontré leur sécurité, leur efficacité et leur qualité.

Il prévoit notamment :

  • La participation et la collaboration de tous les professionnels de santé pour assurer une implication plus importante des médecins à travers un développement fort de la prescription au sein du répertoire et la valorisation de l’intervention des pharmaciens ;
  • Le positionnement du patient au coeur des propositions ;
  • Le renforcement de la communication, à travers notamment une campagne de communication grand public, pour développer la confiance dans le médicament générique ;
  • L’intégration d’un volet industriel ambitieux pour permettre une politique globale structurante et cohérente.

« Nous attendons beaucoup de la mise en oeuvre du plan Générique qui devrait permettre de dégager des économies suffisantes pour à la fois améliorer le bilan de la sécurité sociale et financer le remboursement de nouvelles molécules. 2015 a été l’année de la signature du plan générique, nous attendons que 2016 soit l’année de son déploiement » souligne Erick Roche.

 


1 Statistiques OCDE sur la santé 2015 – Part des médicaments génériques : 83% au RU ; 80% en Allemagne et 70% aux Pays-Bas

Contact :
Tél : 01 70 91 55 86
n.vaneenoo@gemme-asso.org

A propos du GEMME

L’association réunit 22 industriels du médicament générique et biosimilaires : les laboratoires Arrow, Athena, Biogaran, Cristers, Delpharm, EG Labo, Evolupharm, Galien, H2 Pharma, Helm, Macors, Médipha Santé, Medis, Mundipharma, Panpharma, Substipharm, Sunpharma, Teva, Venipharm, Viatris, Zentiva et Zydus.

Le GEMME œuvre pour faire reconnaître la qualité et la sécurité des spécialités génériques et biosimilaires dispensées en France et valoriser le rôle médical, industriel et économique de ces médicaments. Le GEMME participe pleinement à la pérennisation du système de santé français.

www.medicamentsgeneriques.info

@generiques_asso